passeur  Jonas, un petit garçon qui va sur ses 12 ans, vit dans une communauté idéale ( sans conflit, sans chômage, sans divorce, sans pauvreté) . Un comité de sages veille au bien-être et au respect des règles. Tout est sous contrôle. Les familles sont choisies et assemblées après l'étude de nombreux critères. Les personnes âgés, les nouveaux-nés inaptes sont élargis. Lors de la cérémonie des 12 ans, les sages désignent à l'enfant le métier qu'il va devoir apprendre. C'est un moment très important de la vie.

Jonas découvre alors qu'il est choisit pour devenir le nouveau passeur. Le passeur détient le métier le plus important de la communauté : il est le dépositaire de la mémoire. Lui seul sait ce qu'il y avait avant, ce qu'était le monde. Ce que Jonas va découvrir est extraordinaire. Privé jusqu'alors des émotions, des couleurs, des sentiments mais aussi de la douleur...il va se rendre compte que le monde "ailleurs" est peut être plus juste et plus intéressant même s'il est imparfait !

111 111  111

Le style est agréable et le livre est vite lu ! Une histoire qui se passe dans le futur et qui entraine le lecteur dans une grande réflexion philosophique : faut-il supprimer toutes les émotions pour être heureux ? Cette communauté peut facilement se comparer à une secte... et ouvrir à discussion....Beaucoup de sujets sont exploitables à partir de ce livre. Sans compter que l'histoire est très moderne alors que le livre date déjà de 1993 . A faire lire aux ados ! (entre autre).

Des extraits:

  • Même l'union des conjoints était étudiée tellement à fond qu'un adulte qui avait déposé une demande pour recevoir un conjoint pouvait attendre des mois ou parfois même des années avant qu'une union ne soit approuvée et annoncée.
  • En fait, il y a une époque - tu le verras plus tard dans les souvenirs - où il y avait beaucoup de couleurs de peau différentes. C'était avant qu'on n'en vienne à l'Identique.
  • - Nous avons conquis le contrôle de beaucoup de choses. Mais nous avons dû en abandonner d'autres ! - Nous n'aurions pas dû ! dit Jonas d'un ton farouche.

1993