tristane   Flore, petite fille mais si vieille dans sa tête, dévoile sa colère. Toute la haine et la douleur d'un enfant pris au piège entre 'une mère absente et une nourrice violente.

J'ai beaucoup aimé lire ce roman parce que les sentiments sont jetés sur les pages blanches et ils claquent comme de grands coups de tonnerre. Il y a ce soulagement de pouvoir enfin s'en débarasser.  A lire !

Des extraits

  • Je voudrais les parents qui viennent vous chercher et qui vous trouvent la plus belle, forcément. Je voudrais le sapin dans le salon à Noêl, je voudrais le coup de la dent qui tombe avec l'histoire de la petite souris_ paraît qu'elle dépose un cadeau sous l'oreiller, fou qu'on puisse croire à des fables pareilles_, (...) , je voudrais attendre avec impatience d'être adulte et ne pas déjà l'être. Quand tout le monde rêve d'être plus grand, moi je veux juste être complétement petite.
  • L'idée de travailler ne me parait pas assez excitante pour justifier d'y passer ma vie.
  • Je sais que je suis en sursis. Je crois que c'est un sentiment qui ne m'a jamais quitté depuis. Les moments de bonheur, je les vois comme des sursis au malheur. Mais Dieu que le sursis est bon.

Premier roman - 2004